mardi 5 décembre 2017

Livre : Les Aventures de Sherlock Holmes - L'Intégrale des nouvelles

J'ai eu l'immense chance de recevoir cette petite merveille grâce à Babelio et aux éditions Omnibus et je les en remercie chaudement pour ce cadeau de Noël avant l'heure.
Car oui, c'est un véritable cadeau que ce coffret de toute beauté qui renferme un livre relié rouge et dont l'étui laisse apparaître la silhouette découpée du célèbre détective.
On est tout de suite charmé par cet imposant recueil illustré et la préface, que je lis rarement, nous en apprend plus sur la nouvelle traduction de l'œuvre de Conan Doyle qui a été faite pour l'occasion.
Qui ne connaît pas le célèbre détective et son non moins célèbre acolyte et conteur de ses aventures le docteur Watson ? Je ne vais donc pas m'étendre sur les histoires ici rassemblées. Pour autant, on pourrait être étonné de ne pas y trouver Une étude en rouge, qui narre la rencontre entre les deux compères, mais il s'agit là d'un roman, et ce recueil se consacre aux nouvelles. Et même si je ne suis pas une experte, loin de là, au vu du nombre de nouvelles on est en droit de croire le sous-titre de ce coffret : il s'agirait bien de l'intégrale. Découpées en plusieurs chapitres, suivant l'ordre chronologique de leur publication, les nouvelles nous invitent à explorer cet univers du connu vers l'inconnu. Et quel plaisir de se replonger au cœur de Londres, au 221B Baker Street, de renouer avec cette ambiance si particulière d'un Londres sombre, sous une pluie fine, aux côtés de ce si impressionnant Holmes, à la fois par la taille et par l'intelligence, alors que Watson vient de se marier, alors qu'un personnage énigmatique et masqué fait son apparition et que Sherlock a bien évidemment percé à jour avant même qu'il ne passe le pas de la porte… On relit les nouvelles célèbres, on découvre celles que l'on connaît de nom mais que l'on n'avait pas encore lues, et on se plonge tout à fait dans celles dont on ne soupçonnait pas même l'existence. Un très riche recueil dont on ne voudra plus se séparer avant de l'avoir totalement exploré et d'avoir enfin complètement lu toutes les enquêtes de Sherlock, exception faite des romans bien entendu.
Et quel plaisir également de pouvoir s'y plonger par cet écrin, tout illustré, qui exige du lecteur une mise en condition nécessaire pour bien savourer la lecture : un confortable fauteuil, un thé bien fort et bien chaud, si possible une musique triste jouée au violon en arrière plan et s'il pleut au dehors, c'est encore mieux. C'est à la fois une bible, celle des amoureux de Sherlock, et un bel objet agréable à consulter. C'est un magnifique cadeau de Noël à offrir, à s'offrir, à partager. Et surtout un objet dont on éprouvera toujours une immense joie de compulser, pour une courte histoire, ou pour plusieurs enquêtes, selon l'addiction…
À (re)lire !


mardi 21 novembre 2017

Lecture : Mrs Creasy a disparu

Tout d'abord un grand merci à Babelio de m'avoir proposé cette Masse Critique spéciale qui m'a permise d'explorer un univers tout nouveau pour moi.

Mrs Creasy a disparu. Son mari s'est réveillé un matin, et elle n'était plus là, partie sans chaussures…
C'est étrange et Grace et Tilly, deux fillettes de dix ans, décident de mener l'enquête : elles recherchent Dieu, qui saura peut-être leur dire où est passée Mrs Creasy. Et de maison en maison, de voisin en voisin, les portes s'entrouvrent, dévoilent des mystères, des secrets bien gardés, lèvent le voile sur ce qui s'est vraiment il y a quelques années, associent cette disparition avec un drame survenu au numéro 11 de l'Avenue.

L'auteur est assez habile, pour réussir à nous tenir en haleine avec trois fois rien finalement. La lecture est assez plaisante. Je m'attendais à une lecture de fille, avec des histoires tragiques et horribles qui m'auraient fait refermer le livre mais pas du tout, les personnages se dévoilent au fur et à mesure, tout comme les souvenirs et tissent lentement l'immense toile que représente l'Avenue : tout le monde est lié par un secret, et tout le monde ne cherche qu'une chose, à le taire ! Les deux fillettes sont vite attachantes. Sans être mignonnes, elles ont leur caractère, leur particularité qui les rendent humaines. Et c'est par leur vision que l'on explore les maisons.
Bien sûr, les vices sont assez communs, mais il n'en existe pas trente six mille. Les histoires sont également parfois un peu clichés, mais c'est amené avec beaucoup de finesse je trouve. Il y a bien un moment donné où le rythme s'essouffle, on voudrait bien arriver au dénouement ou qu'il se passe quelque chose de conséquent qui ferait avancer l'histoire, mais il ne dure pas. Très rapidement, on passe à un nouvel événement qui entraîne le tout et nous mène tranquillement, mais sûrement, au dénouement.
Et finalement, mais peut-être vais-je en dire un peu trop, l'important dans cette histoire ne se situe pas où l'on pense qu'il est…
Une lecture pas mal du tout, qui permet de voir autre chose et de changer un peu ses habitudes de lecture.

lundi 16 octobre 2017

Lecture : La Société des Faux Visages

J'ai eu la chance d'être sélectionnée par l'opération Masse Critique et de recevoir ce roman des éditions Alma éditeur, de l'auteur Xavier Mauméjean. Un grand merci à Babelio et aux éditions Alma éditeur pour ce moment de plaisir.
Nous sommes au début du XXe siècle. L'un des plus riches pontes de New York cherche à retrouver son fils et engage l'illusionniste Houdini, ainsi que le très controversé scientifique Freud. Un duo peu commun et pour le moins atypiques pour percer l'énigme de cette disparition.

L'auteur nous plonge dans le New York de cette époque et nous propose ainsi un bien joli tour. Nous devenons spectateurs au milieu de la foule, nous cherchons les freaks et autres dompteurs de fauves, nous nous laissons doucement bercer par ce charmant spectacle. Je connais Freud comme M. Tout le monde peut le connaître, tout comme sa théorie basée sur la sexualité. Je connais Houdini comme le magicien capable de s'extirper de la moindre cage, pieds et poings liés. J'avoue avoir bien apprécié de les côtoyer un peu mieux, même si cela reste de la fiction. Ce roman nous donne avec délice l'illusion de les approcher plus intimement, baigné dans l'atmosphère du New York d'antan, pour une histoire de chausse trappe et de mystères à élucider à coup de psychanalyse.
Cela ne prétend pas explorer la vie de l'un ou l'autre célèbre personnage, ni même son histoire, on explore un peu cette époque, par le truchement d'une petite porte entrebâillée, sans prétention aucune ni même promesse d'aucune sorte. Il n'y a pas non plus de pédagogie lourde ou de cours d'histoire déguisé. C'est écrit avec grande finesse et bien mené. Les personnages secondaires ne sont pas non plus en reste, tous ont leur intérêts et méritent autant notre attention et notre attachement.
C'est un très beau tour de magie, comme ces fameux tour de cartes qu'un prestidigitateur vient vous faire à votre table de cabaret : juste un petit moment de pur plaisir pour vous émerveiller, puis le magicien repart vers une autre table. Et bien ce roman est cela : un pur moment de plaisir pour vous divertir, sans prétention ni fausse note. Il vous tient en haleine jusqu'au bout et même au-delà car vous voilà trop vite aux dernières pages et vous allez devoir quitter ces deux personnages, et les autres aussi, qui promettaient tous tant de richesse à découvrir.
Encore un peu de magie M. Mauméjean, s'il vous plaît ! Même si finalement, il se termine comme il se doit, sans justement en faire de trop, piège trop souvent tentant pour les auteurs cultivés.
À lire absolument, excellent !

mercredi 20 septembre 2017

Lecture : Lettre d'une inconnue


Il y a quelques années, on m'avait recommandé la lecture de ce court roman.
J'en ai effectivement bien apprécié la lecture de cet auteur connu pour son autre célèbre œuvre : Le Joueur d'échecs.
Un célèbre auteur reçoit une lettre de plusieurs pages. À sa lecture, il découvre l'existence d'une personne qui lui est restée inconnue, une femme qui a voué sa vie à l'aimer.

Difficile de faire la critique d'un pareil monument. La seule alternative reste la subjectivité totale, toutes les émotions que sa lecture m'a procurées, au risque de provoquer l'indignation de certains.
J'ai bien aimé ce récit, qui m'a beaucoup touché. Au fur et à mesure de sa lecture, on attend, on espère, on prie de toutes nos forces pour que cette femme ne soit pas tombée dans l'oubli total de l'homme qu'elle aimait. Et bien, malgré notre désir de petit lecteur, et c'est aussi peut-être ce qui en fait toute la force, l'inconnue est restée inconnue, elle a porté son amour seule, isolée, sans que l'homme de tous ses désirs jamais ne la reconnaisse, lors même qu'elle a réussi à traverser sa vie à plusieurs reprises, lors même qu'elle a réussi à avoir un enfant de lui, source de joie mais également sa perte.
Au terme de ce récit, je me suis retrouvée totalement frustrée : pourquoi n'a-t-elle jamais tenté de lui dire qui elle était, pourquoi cette longue lettre dans laquelle elle lui raconte tout, dans laquelle elle lui dévoile enfin son amour mais qui ne lui parviendra que trop tard. Elle s'est condamnée à un amour absolu dans l'ombre, sans jamais tenter de le partager avec l'objet de son émoi. Certains disent que c'est beau, je trouve cela terriblement triste, de vivre un amour caché, et d'être au seuil de la mort avec cet éternel regret de ne pas avoir tenté d'être également aimé en retour et surtout, reconnue. C'est bien là tout le drame de cette histoire, l'homme qu'elle aime ne l'a jamais reconnu à chaque fois qu'il a pu la croiser. Terrible.
Un récit qui bouleverse, quelque soit son opinion et qui, par là même, transporte avec force. À lire, un incontournable.

Lecture : Face de Lune


Un recueil de nouvelles du célèbre auteur Jack London ne pouvait que présager un bon moment de lecture. Huit nouvelles sont ici rassemblées sous la plume acerbe et acide de l'homme de lettres, auteur de L'Appel de la forêt. Et comme dans la plupart des recueils, les nouvelles ne sont pas toutes égales, certaines sont vraiment des petits bijoux lorsque d'autres nous laissent un peu sur notre fin. Mais quelques unes (pas mal quand même), restent en mémoire.
Celle, par exemple, appelé Les Favoris de Midas, qui compte l'histoire d'un homme d'affaire qu'un groupuscule de travailleurs fait chanter de manière cruelle et violente.
Ou bien encore Face de Lune, celle-là même qui a donné son nom au recueil, l'histoire d'un meurtre déguisé habilement en accident.
Il y a également L'Ombre et l'Éclair, fascinante lutte de deux scientifiques qui usent de leur intelligence de surdoués pour mieux contrer l'autre par pure jalousie.

Toutes démontrent la cruauté humaine, ses tares et sa monstruosité dans une réalité toute proche de la nôtre, de l'époque de l'auteur.
Même si l'auteur nous démontre tout son talent, on remercie que ce recueil ne contienne pas plus de huit nouvelles, par égard pour notre santé mentale qui, face à toute cette violence, portrait réaliste de notre race, pourrait défaillir à trop être confronté à une telle noirceur.

Lecture : La petite romancière, la star et l'assassin


Après un roman conséquent, j'aime bien faire une pause avec un court récit. Je me suis alors plongée dans la lecture de ce roman jeunesse pas mal du tout.
Le cadavre d'un petit garçon a été retrouvé mort, flottant dans un lac. La photo d'une star est retrouvée sur lui. Par manque de piste plus tangible, les policiers enquêtent sur la star en question et sont confrontés à trois personnes en arrivant chez elle. Ces trois personnes vont être interrogées, chacune racontant un peu sa vie et ce qui l'a amené à se retrouver là.

On débute par la jeune adolescente, mal dans sa peau, un peu névrosée, suicidaire sur les bords, portrait classique et cliché d'une jeune fille de cet âge. Puis, on s'intéresse à l'homme présent sur les lieux, que tout conduit à croire qu'il est l'assassin. Mauvais garçon, il a vécu dans la rue et à nouveau son portrait par lui-même est plein de poncifs de ce type d'individu sans lieu d'attache qui semble s'être perdu. Et enfin, la star elle-même, jeune, idole de tous, dont la carrière est menée tambour battant par sa mère et qui regrette d'avoir perdu sa jeunesse et de n'avoir pas vécu sa vie selon ses choix. Encore des lieux communs. On pourrait croire que ce livre ne présente pas d'intérêts, tant il rassemble toutes les idées préconçues que l'on se fait de ces trois stéréotypes. Pourtant, l'auteur arrive dans ce court récit à nous attendrir, et à nous maintenir en haleine. Car chacun a toutes les raisons d'être le responsable de la mort du garçon. Alors, qui est le coupable ? Y a-t-il seulement un coupable ou simplement l'histoire banale de personnes ordinaires qui, le temps de quelques heures, passent au crible d'un interrogatoire et comptent leur vie sans réel intérêt ? Le tout est alors porté par une plume qui suspend à nos lèvres ces quelques heures pour en faire un moment d'importance, rendant finalement ce moment presque trop banal, magique. Car oui, l'auteur arrive à faire les deux : nous retourner notre curiosité mal placée en ne nous dévoilant rien de particulier, et maintenir jusqu'au bout notre curiosité, en nous débitant des clichés bien menés.

Dans tous les cas, quelle importance, puisqu'on a passé un bon moment auprès de ces trois personnages totalement différents les uns des autres, qui se retrouvent dans une sombre histoire malgré eux.

mercredi 2 août 2017

Lecture : Leçons de vie par Catsass


Heureuse gagnante Masse Critique de Babelio, j'ai reçu ce livre des éditions Hors Collection.
Je ne connaissais pas du tout le blog, mais explorer un livre où c'est un chat qui donne une leçon de vie, c'est irrésistible.
J'aime les chats parce qu'ils sont les animaux domestiques les moins domestiqués, parce qu'ils ne suivent aveuglément qu'eux-mêmes, parce que leur maître est un meuble de leur territoire comme un autre, et parce que son seul intérêt est qu'il lui serve à manger et lui change sa litière.
Ce livre était donc fait pour moi.
On pourrait presque comparer Catsass à Garfield, aussi horripilant, aussi détestablement attachant.
Alors que je m'attendais à une BD, je reçois un recueil de petites activités, blagues, jeux, aux dessins subtils, à la fois simples et expressifs d'un chat dont la philosophie de la vie est… totalement improbable et impayable. Pour se délasser, se changer les idées, une sorte de cahier de vacances intemporel qui permet de divertir totalement l'esprit sans prise de tête et surtout… en se bidonnant !
À découvrir pour un plaisir simple et pur !